Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, Barnes utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Mérule : êtes-vous exposés ?

Show light - BARNES Lyon - Immobilier de luxe, appartements et maisons de prestige à Lyon

De plus en plus répandue dans certains quartier de Lyon, la mérule - champignon contagieux s'attaquant au bois – peut causer de graves conséquences sur l'état et la valeur d'un bien immobilier et doit être pris en compte en cas d’achat.

La mérule, issue de la famille des champignons dits lignivores, est un parasite extrêmement dévastateur pour le bois, à tel point qu’elle est surnommée « le cancer de l’habitation ». Les signes annonciateurs de la contagion se détectent via l’odeur, les traces blanches et poussières orangées, ainsi qu’à l’état du bois, dégradé, gagné par l’humidité.

Les conséquences du mérule

Non-traitée, une infection de la mérule peut conduire à des dégâts structurels tels que l’effondrement d’une charpente. A titre préventif, il est essentiel de vérifier la bonne ventilation de votre bien et sa bonne étanchéité. Etant donné que les risques de prolifération grandissent en milieu confiné et humide, il est conseillé d’aérer régulièrement son habitation, et d’être vigilent aux dégâts des eaux et autres risques de fuite.

A titre curatif, faire appel à des professionnels pour détruire le champignon et stopper sa prolifération à l’aide de fongicides peut être l’issue la plus sûre pour traiter le parasite.

Dans un cadre sanitaire, les spores dégagées par ces champignons peuvent également causer des problèmes respiratoires et des allergies aux habitants.

Vente immobilière : l’obligation d’informer l’acquéreur

Fin 2015, un laboratoire d’expertises environnementales a confirmé la présence partielle de mérule dans certains immeubles de Lyon. A la suite de ces analyses, des zones de présence d’un risque de champignon ont été définies par arrêté préfectoral dans le 3e arrondissement – secteurs rue Baraban / Antoine Charial / Paul Bert et rue Ferdinand Buisson / avenue du Château, dans le 4e arrondissement – secteur rue du Mail / Grande Rue de la Croix-Rousse, et dans le 9e arrondissement – secteur rue de Saint Cyr / Antonin Laborde.

En cas de vente d’un bien immobilier situé dans l’une de ces zones, le vendeur doit fournir une information à ce sujet – un dispositif annexé à la promesse de vente, ou à défaut, à l’acte authentique de vente. En effet, la jurisprudence considère que sous certaines conditions, la présence de ce type de champignon peut constituer un vice caché de nature à engager la responsabilité civile du vendeur. Une obligation insérée dans une nouvelle section du Code de la construction et de l’habitation, réglementé par la loi Alur. Cependant, l’intervention d’un diagnostiqueur pour analyser les éléments susceptibles de contenir des mérules n’est pas obligatoire.